GEOGRAPHIE :

Geographie Geovreissiat thSuperficie : 469 ha  

Altitude : 446 m jusqu’à 721 m  

Population actuelle (2015) : 1004 habitants

La commune de Béard-Géovreissiat est disposée en gradins sur des rochers qui descendent de Beauregard jusqu’à l’Oignin.

Elle comprend :

- une zone de plaine avec la rivière (L’Oignin)

- une zone montagneuse qui culmine à 721 m au Molard de Bretonne

L’Oignin coule en direction du Nord en formant de belles cascades (vers la papeterie FERRY). Cette rivière nait de la confluence à Maillat du Borey et de la Doye. Elle se jette dans l'Ain sur la commune de Matafelon.

La commune est constituée de 3 hameaux :

- Géovreissiat avec la partie la plus ancienne située en bordure de forêt

- Saint Germain de Béard : il s’agissait autrefois de deux hameaux distincts : (Saint Germain et Béard)

-  La Croix Chalon



Aujourd’hui, quelques entreprises sont implantées sur la commune, deux exploitations agricoles, un commerce de proximité « Cœur de village ». La plus ancienne entreprise, la papeterie FERRY, a fermé ses portes en 2000. La population a beaucoup varié selon les époques. La plupart des habitants travaillent à l’extérieur.


Evolution de la population

1846
: 354 habitants  /  1946 : 163 habitants  /  1990 : 458 habitants  /  2015 : 1004 habitants

HISTOIRE :

geovreissiat vue generaleLe nom de Géovreissiat est d’origine gauloise, cela veut dire : chèvre.


Au temps des Romains, Géovreissiat semble être une localité importante du fait de sa situation proche d’Izernore, cité florissante à l’époque.


Au Moyen-Age, Brion est un hameau important de Géovreissiat qui fait partie des possessions de l’Evéché de Lyon puis le village est placé sous le patronage des prieurs de Nantua jusqu’à la révolution. Il est aussi sous la juridiction des Sires de Coligny puis des Sires de Thoire. De nombreux conflits ont lieu dans les villages à l’époque : pour la possession des terres, des droits de passage, la jouissance des pâturages, des bois …


En 1838, une querelle naît entre Brion et Géovreissiat à propos d’une demande de reconstruction de l’Eglise de Géovreissiat mais une nouvelle église avait été construite à Brion. La demande est refusée et en 1839, Géovreissiat demande à se séparer de Brion : cela est effectif le 23 Mars 1845.

En 1800, la vie économique du village se développe.

En 1804, c’est la création de la papeterie FERRY.

Voici le témoignage d’une personne Mr. OGIER qui écrit en 1847 :

« Cette commune est très industrieuse, il y a 3 moulins à blé, 2 scieries débitant sapins, chênes venus de la commune, une taillanderie* qui fournit à l’agriculture de gros instruments, un martinet*, 15 métiers de soierie, 15 fabriquants de peigne en corne, une fruitière fabriquant gruyère et gex, plusieurs carrières de pierres calcaires sont exploitées »

En 1899, on procède à l’installation d’une ligne téléphonique reliant Géovreissiat à La Cluse.

En 1928, l’éclairage des rues sera électrifié.

*taillanderie : lieu où l’on fabrique des outils et fers tranchants
*martinet     : lourd marteau à soulèvement, mu par la vapeur

Sources : richesses touristiques et archéologiques du canton de Nantua, pré-inventaire, Département de l’Ain.